La photo à la hune par Yvan Zedda/Defi Azimut

Charal au Défi Azimut
Toréador, prends garde !
charal

Tel un taureau blessé fonçant pleine charge vers le torero, l’IMOCA Charal de Jérémie Beyou s’est offert dimanche en rade de Lorient des pointes de vitesse dans le cadre de la dernière journée du Défi Azimut. Il avait abandonné la veille la course principale de 24 heures pour cause de problèmes informatiques.
Vedette incontestée de ce rassemblement de quinze 60 pieds IMOCA venus participer à une dernière répétition collective avant le départ de la Route du Rhum le 4 novembre, Jérémie Beyou a fait sensation à bord de son Charal équipé de foils 3e génération en battant largement, dans un vent de 15 à 20 nœuds, le record d’un run de 1,5 mille bâbord amure au reaching qu’il a parcouru en 4 minutes et 52 secondes. Soit une vitesse moyenne d'environ 18 noeuds sur cette distance selon nos propres calculs.
Samantha Davies sur Initiatives-Cœur (5 minutes 31 secondes) et Paul Meilhat à bord de SMA (5 minutes 37 secondes) ont respectivement réalisé les 2e et 3e temps.
Aux esprits chagrins évoquant les risques d’une telle navigation dans des mers mauvaises, Jérémie Beyou avait d’avance répliqué en août dernier au cours de la mise à l’eau de son IMOCA, qu’«on n’a rien sans rien. La vie est faite aussi de prises de risques».
«Sur les sept foilers ayant participé au dernier Vendée Globe, ce qui fait quatorze foils, un seul a cassé. Ce qui donne 13 chances sur 14 de finir avec ses foils. Pour gagner, il faut aussi savoir oublier les plans B et autres discours prudents».