Diaporama

Essai croisière

Django 6.70 : un petit croiseur tonique et sûr

En reprenant la carène du D2, le chantier Marée Haute a demandé à son architecte Pierre Rolland de réfléchir à un petit croiseur maniable et hauturier. Ce Django n’a pas d’équivalent aujourd’hui sur le marché. Une bonne raison de le visiter en détails, en complément de l’essai du magazine n° 508.
  • Publié le : 17/05/2013 - 16:57
Lancer le diaporama en plein écran
puissant et véloce.

Puissant et véloce.

Le Django capitalise les qualités d’un Mini – excellentes performances et bonne stabilité. Il porte 37 m2 au près en version grand-voile à corne, ce qui implique des pataras volant. On peut choisir une version plus tranquille avec voile triangulaire et pataras central. © F.A Frédéric Augendre

polyvalent.

Polyvalent.

L’accès au moteur n’est pas gêné par les safrans qui sont sous la voûte et stabilisent le bateau à l’échouage. Une nourrice peut être logée dans les coffres de fond de cockpit qui permettent aussi l’accès la tringlerie de barre et l’installation d’un pilote in-bord. © F.A Frédéric Augendre

réglages.

Réglages.

Comme c’est souvent le cas sur les bateaux modernes, on trouve sur le pont de nombreuses utilisations des anneaux de friction, sanglés par du Spectra. Ici le réglage moufflé du point de tire du foc. Le même principe est utilisé sur les pataras volant. © F.A Frédéric Augendre

miniature.

Miniature.

La baille à mouillage a le mérite d’exister, mais on ne voit pas trop son utilité vue sa géométrie. Une ancre acier est trop épaisse pour y loger et une ancre alu trop encombrante. Prévoir plutôt une caisse plastique que l’on sortira dans le cockpit le moment venu… © F.A Frédéric Augendre

intérieur.

Intérieur.

Volumineux et décloisonné, l’intérieur est organisé autour du puits de quille dont le palan peut être déclipsé. Car on ne remonte pas la quille pour un oui ou un non : il faut d’abord dévisser huit écrous papillons qui assurent la tenue dans son puits de la pièce en fonte de 460 kilos… © F.A Frédéric Augendre

remontée.

Remontée.

Reste ensuite à faire 50 tours de manivelle sur le winch de rouf pour remonter l’appendice jusqu’au plafond. Un axe de blocage sur la double épontille soulage le palan une fois remonté. Ne restait sur le bateau d’essai qu’à rajouter un petit capot d’étanchéité sur la poulie de renvoi. © F.A Frédéric Augendre

dossiers.

Dossiers.

Les deux dossiers en mousse montés sur une armature inox font partie des riches idées du bord. En position extérieure (à dr.), ils retiennent le dos et évitent de se cogner la tête contre le rouf. En position intérieure (à g.), ils font office de toile antiroulis. Et ça marche ! © F.A Frédéric Augendre

Photo 1/ 7
Vitesse
Lecture
Lancer le diaporama en plein écran