Actus

Hécatombe sur la Golden Globe Race

Deux des dix derniers concurrents en course démâtent

Ayant tour à tour démâté dans la nuit de jeudi à vendredi au cœur d’une tempête au Sud de l’océan Indien, deux des dix skippers encore en course dans la Golden Globe Race partie le 1er juillet des Sables-d’Olonne se trouvent depuis vendredi dans une situation «critique» selon l’organisation de cette course. Cette dernière a déclenché samedi 22 septembre une opération internationale de secours pour l’un d’entre eux, le skipper indien Abhilash Tomy, dont la situation a été estimée «très critique» après qu'il a été grièvement blessé au dos. Actuel second de cette course, le Néerlandais Mark Slats a de son côté subi d'importantes avaries au cours de cette même tempête.
  • Publié le : 22/09/2018 - 18:58

Trois des dix derniers concurrents en course démâtentGrièvement blessé au dos à bord de son ketch démâté Thuriya, le concurrent indien de la Golden Globe Race Abhilash Tomy est en perdition au milieu de l'océan Indien.Photo @ Christophe Favreau

Après avoir démâté puis été roulé par les vagues à plusieurs reprises, Abhilash Tomy, naviguant sur son voilier de 36 pieds Thuriya, une réplique du voilier Suhaili, avait seulement réussi à prévenir le PC course au matin du vendredi 21 septembre de son avarie, précisant que son voilier était désemparé et qu’il souffrait lui-même gravement du dos avant d’interrompre la communication.

Après de multiples tentatives de reprises de communication avec ce skipper en perdition, le fondateur de cette course, Don MacIntyre a finalement réussi à rentrer en liaison avec lui samedi à l’aube.

Au cours de cette nouvelle communication, elle aussi écourtée, le skipper en perdition, ancien officier de marine de l’armée indienne âgé de 39 ans et réputé pour ses grandes capacités physiques de résistance, a précisé que sa balise de secours EPIRB était activée mais qu’il était lui-même immobilisé sur sa couchette.

Evacuation

«Extrêmement difficile de marcher – Peut-être besoin d’une civière – Ne peut pas marcher – Heureusement en sécurité à l’intérieur du bateau – Impossible d’atteindre la deuxième YB3 (Balise de messagerie de secours, ndlr) ou quoi que ce soit- Téléphone satellite hors service» a alors précisé le skipper, évoquant une éventuelle évacuation qui serait désormais sa seule chance probable de survie.

Dans un second message, le skipper indien a précisé à l'intention des autorités médicales venant à son secours, afin de faciliter leur diagnostic avant intervention : «Peux bouger les doigts de pieds. Me sens engourdi. Ne peux ni manger ni boire. Difficile d'atteindre mon sac d'urgence.»

Abhilash Tomy se trouve actuellement à 1 900 milles au Sud-Ouest de l’Australie, la côte la plus proche. Un autre skipper de cette course, Uku Randmaa, se trouvant actuellement à 400 milles à l’Ouest du skipper indien et disposant d’un voilier encore en état de marche malgré la tempête, a annoncé samedi matin à l’organisation qu’il se déroutait pour faire route vers son camarade mais les mauvaises conditions climatiques devraient ralentir cette progression qui pourrait durer plusieurs jours.

Au cours de sa progression, Uku Randmaa devrait par ailleurs croiser un autre skipper en difficulté, Gregor Mac Guckin, qui avait démâté lui aussi jeudi soir, mais dont la situation semble moins critique que celle de leur camarade indien.

Malgré son démâtage, Gregor Mac Guckin, se trouvant lui-même à 90 milles du skipper indien et naviguant à bord d'un autre Rustler 36, tente de faire route vers lui au moteur. Ce dernier a toutefois signalé samedi au PC course que son moteur fonctionnait de plus en plus difficilement en raison d’une contamination probable de son fuel par de l’eau de mer au cours de son propre chavirage.  

Un autre concurrent de cette course, le Néerlandais Mark Slats, a été couché à deux reprises sur son bateau le soir du jeudi 20 septembre dans cette même tempête à bord de son Rustler 36 alors qu’il se situait plus à l’Est que les autres concurrents. Mark Slats, se trouvant en 2e position de cette course derrière le leader actuel, Jean-Luc Van den Heede, à bord lui-même d’un autre Rustler 36, tente tant que bien que mal depuis de reprendre le dessus sur les éléments, son bateau ayant été inondé et ayant subi d'importantes avaries de gréement tandis qu'un départ de feu s'est déclaré à bord.

Intervention de navires militaires

Les organisateurs de la course ont annoncé samedi qu’ils avaient alerté les autorités indiennes et australiennes et qu’ils étudiaient avec elles différents scénarios pour des opérations d’assistance au skipper indien.

Le navire de surveillance à la pêche français Osiris, naviguant dans cette zone, a été alerté puis dérouté vers la position d’Abhilash Tomy mais il ne devrait arriver sur zone que dimanche en fin de journée.

L’intervention de la frégate HMAS Ballerat de la marine australienne a d’autre part été décidée samedi en fin d’après-midi. Ce navire militaire, disposant d’un hélicoptère et d’une équipe médicale à bord, devrait quitter son port d’attache de Perth samedi soir (heure française) et pourrait arriver sur la zone d’ici quatre à cinq jours. Possédant des moyens logistiques adaptés, l’équipage de cette frégate pourrait procéder en toute sécurité, malgré les conditions météorologiques locales prévues, à une évacuation humaine bord à bord sans risques de sur-accident.

De leur côté, les autorités indiennes ont envoyé un avion militaire basé sur l'île Maurice qui pourrait atteindre la zone dans la soirée de samedi afin de participer aux opérations de repérages tandis qu'elles ont demandé à leur frégate furtive INS Sapura et à leur pétrolier INS Jyoli Mission, actuellement en exercice au large de l'Afrique du Sud, de se dérouter vers ces lieux.

D’ici là, un avion de l’armée australienne devrait survoler le skipper indien dans la soirée de samedi (fuseau horaire français). Disposant d’une autonomie en carburant pouvant lui permettre de survoler le voilier désemparé pendant près de 3 heures, cet appareil a été chargé d’entrer en communication avec le skipper en perdition. Au passage, cet avion a prévu de survoler aussi le voilier démâté de Grégor Mac Guckin.

Les tags de cet article