Actus

Golden Globe Race

Le skipper indien sain et sauf

Le concurrent indien de la Golden Globe Race, Abhilash Tomy, qui était coincé dans son voilier depuis jeudi soir au Sud de l’océan Indien a été sauvé ce matin du lundi 24 septembre par l’équipage du navire français d’assistance à la pêche Osiris arrivé à son secours à l’aube.
  • Publié le : 24/09/2018 - 11:58

Yann Eliès : «J’ai connu ça, je le plains ! »Grièvement blessé au dos, le skipper indien était coincé depuis quatre jours dans son ketch désemapré. Photo Dr GGR

Grièvement blessé au dos lors du chavirage de son ketch qui avait démâté, le skipper indien a été rejoint par une équipe en Zodiac venue de l’Osiris. Profitant d’une accalmie météorologique, les sauveteurs ont réussi à monter à bord du voilier le Thuryia, puis à soigner le blessé dans son habitacle avant de le transférer à bord du patrouilleur d’assistance à la pêche.

«C’est une chance merveilleuse que Tomy ait pu être récupéré sain et sauf ce matin. Comme beaucoup d’autres je crois, nous étions très inquiets» déclarait ce lundi Don McIntyre, fondateur de cette course autour du monde en solitaire sans assistance ni moyens modernes de communication.

Le commandant de ce navire a précisé lundi au PC course de la Golden Globe Race, installé aux Sables d’Olonne, que «le navigateur est conscient. Il peut parler. Nous allons maintenant le transférer vers l’île de la Nouvelle-Amsterdam où une équipe médicale disposant d’une structure hospitalière pourra le prendre en charge».

L’île française de la Nouvelle-Amsterdam, la plus proche des lieux de ce sauvetage, est située à 1 368 kilomètres au Nord-Nord Est des Kerguelen et à 2 713 kilomètres au Sud-Est de l’île Maurice.

Avant de rejoindre cette île, le navire Osiris a ensuite récupéré lundi en fin de matinée un second concurrent de la course, l’irlandais Gregor McGuckin, qui avait lui aussi démâté jeudi 20 septembre dans la même tempête.

Depuis cet accident, le skipper irlandais avait installé un gréement de fortune sur son voilier, un Biscay 36, et avait tenté de rejoindre le skipper indien en perdition, situé à environ 90 milles au moment de leurs avaries respectives.

Mais des mauvaises prévisions météorologiques ainsi que des difficultés de fonctionnement de son moteur ont incité le skipper irlandais à demander lundi à être récupéré lui aussi par le navire français.

«La décision de Gregor d’abandonner son bateau est celle d’un marin sage et responsable, a précisé Don McIntyre. Il aurait pu bien sûr essayer de rejoindre une côte par ses propres moyens mais sa situation était critique et la poursuite de sa progression aurait sans doute mobilisé d’importants moyens.»

Les tags de cet article