Actualité à la Hune

Du Lite XP au Vendée Globe

Sam Manuard : «Notre IMOCA devrait être assez différent»

L’année 2018 est à marquer d’une pierre blanche pour Sam Manuard. L’architecte a signé 10 Class40 présents au départ de la Route du Rhum, ses Seascape intègrent le giron du groupe Bénéteau et il est en lice pour décrocher un European Yacht of the Year avec le Lite XP. Mais surtout, il signe cette année son premier IMOCA, le futur bateau d’Armel Tripon en vue du prochain Vendée Globe. Il répond à nos questions.
  • Publié le : 04/09/2018 - 15:30

Sam ManuardTantôt à la barre, tantôt à la planche à dessin. Ici, Sam Manuard est à la barre du Lite XP. Un voile-aviron qu"il a conçu pour le chantier Lite Boat et qui fait partie des nommés dans la catégorie "Bateaux spécials" pour l"European Yacht of The Year.Photo @ Loïc Madeline

Voilesetvoiliers.com : Tu vas dessiner le prochain bateau d’Armel Tripon, un IMOCA pour le Vendée, comment as-tu décroché cela ?

Sam Manuard : Armel Tripon et Michel Douville de Franssu avaient cette idée de participer au Vendée Globe. Ils imaginaient racheter un bateau d’occasion et un peu par hasard je suis allé naviguer avec Armel sur son Multi50, celui sur lequel j’avais fait une Transat Jacques Vabre avec Yves Le Blevec, en 2015. On discute de choses et d’autres, il me demande un peu ce que j’avais fait et il m’interroge sur un éventuel projet d’un grand bateau. Je lui ai répondu quelques jours plus tard par mail et je lui ai évidemment mentionné le fait que j’étais partant pour dessiner un IMOCA et que nous avions déjà un design team qui fonctionnait bien et qui avait été mis en place pour le 100 pieds de Ryan Bremaier. Je crois que ça a fait un peu tilt : Armel et Michel Douville de Franssu) se sont dit que peut-être c’était ça qu’ils devraient faire plutôt que de racheter un bateau d’occasion. Qu’ils devaient convaincre leur partenaire de partir sur une balle neuve, c’est un peu parti comme ça…

Armel TriponArmel Tripon prendra le départ du prochain Vendée Globe à la barre du premier Imoca signé Sam Manuard et construit au chantier Black Pepper.Photo @ Pierre Bouras

Voilesetvoiliers.com : Tu es un nouvel architecte dans cette classe, peut-on s’attendre à quelque chose de différent de ce que l’on connaît déjà ?

S.M : Oui, il sera différent même si je ne sais pas encore à quoi ressembleront les nouveaux bateaux. Pour l’instant, on n’a vu que Charal, qui a été récemment mis à l’eau, mais je ne sais pas ce que vont donner le plan Kouyoumoudjan et le plan Verdier. Je n’ai pas vraiment d’idée mais le nôtre devrait être assez différent.

Voilesetvoiliers.com : Sur quels éléments peut-on le plus travailler sur ces bateaux ?

S.M : Nous, on s’est vraiment focalisé sur l’efficacité : essayer de réussir à maintenir des vitesses moyennes élevées sur le Vendée Globe. C’est ça notre credo, on ne va pas chercher forcément à avoir les vitesses maximales les plus dingues possible mais ce qu’on cherche à faire, c’est d’avoir un bateau qu’on puisse utiliser pendant toute la durée du Vendée Globe et dans les conditions du Vendée Globe. Je ne veux pas trop entrer dans les détails mais c’est vraiment en se posant ces questions-là qu’on est arrivé aux réponses architecturales qu’on a choisies.

Voilesetvoiliers.com : Le bateau est en où aujourd’hui ?

S.M : Le bateau est en construction : on est en train de fabriquer les moules de coque et de pont.

Voilesetvoiliers.com : En tant qu’architecte, ton travail s’arrête là où tu as encore du boulot ?

S.M : On continue à travailler sur les foils et la structure interne, il y a encore un peu de boulot.

V and BLe Class40 V and B skippé par Maxime Sorel sera au départ de la Route du Rhum 2018. Comme 10 autres Class40 signés Sam Manuard.Photo @ Facebook Maxime Sorel

Voilesetvoiliers.com : Que penses-tu de l’adoption de la jauge IMOCA pour la prochaine Volvo Ocean Race ?

S.M : Je trouve cela très positif car ça permet de mettre à l’honneur les designers français et puis la culture, la connaissance accumulée par plein de gens : ça va des préparateurs à ceux qui calculent la structure, à ceux qui dessinent les systèmes de foils, de safrans, ça représente un tissu vachement important de gens qui du coup sont mis en avant et ça c’est intéressant.

Voilesetvoiliers.com Un même bateau peut faire le Vende Globe et la Volvo ?

S.M : Oui, ils peuvent faire les deux courses mais je pense que les projets gagnants ne feront pas les deux. Ils seront vraiment dédiés à l’une ou l’autre des courses. La jauge IMOCA, c’est le cadre de jauge mais les bateaux seront différents. Ne serait-ce que d’un point de vue de l’ergonomie, du plan de pont. Les bateaux capables de gagner le Vendée Globe et les bateaux capables de gagner la Volvo ne seront pas tout à fait les mêmes.