Actualité à la Hune

Il fallait sauver l’Askoy II !

L’ancien voilier de Jacques Brel bientôt à flot

C’est pour remporter définitivement le pari que s’était lancé il y a dix ans une émouvante bande de passionnés belges rêvant de retaper l’ancien voilier de Jacques Brel dont ils avaient récupéré l’épave en Nouvelle-Zélande, l’Askoy II, qu’un appel au crowdfunding vient d’être lancé. Objectif de cet appel de fond international : recueillir 20 000 euros supplémentaires afin de terminer les aménagements intérieurs de ce voilier sur lequel le chanteur vécut ses dernières années de bonheur aux îles Marquises.
  • Publié le : 16/09/2018 - 07:00

L’ancien voilier de Jacques Brel bientôt à flotIl y a dix ans, la mer rongeait l'épave de l'Askoy II sur une plage de Nouvelle-Calédonie.Photo @ DR / Save Askoy II
«Plus nous progressons dans cette aventure plus j’ai du mal, finalement, à expliquer notre acharnement à faire revivre ce bateau», explique Jean-Paul Mathelot, l’un des trois principaux animateurs de l’association «Save Askoy II» en compagnie de deux frères maître-voiliers à Zeebruges, Piet et Staff Wittevrongel, qui fabriquèrent déjà, en 1974, un nouveau jeu de voiles à la demande du chanteur au sommet de sa gloire qui venait d’acquérir ce voilier afin de prendre de la distance avec le show-business.

Mangé par la rouille

«Nous étions évidemment des fans de notre chanteur national mais nous sommes aussi des amoureux de ce voilier avec lequel il décida de tourner définitivement la page. Il était parti avec ce ketch jusqu’aux Marquises où il s’était établi définitivement», explique encore le co-animateur de ce sauvetage héroïque : lorsque les trois amis apprirent que le voilier de leur idole s’abîmait sur une plage de Nouvelle-Zélande, il ne pouvait imaginer l’état de cette épave. Mangée par les sables et l’eau de mer, l’Askoy II ne laisse plus alors apparaître de lui que des tôles en forme de coque et quelques varangues  d’acier. Plus de gréement, bien sûr. Même plus de cockpit, aussi. Ni de roof. Le pont, aussi, a été mangé par la rouille.

L’ancien voilier de Jacques Brel bientôt à flotSous le hangar de Zeebruges, l'ancien voilier de Jacques Brel a repris toutes ses formes.Photo @ Philippe Joubin
La sagesse, alors, aurait voulu que les trois amis jettent l’éponge. Et bien non ! A grands coups de pelleteuse, la carcasse d’acier de 20 mètres de long qui pesait jadis près de 40 tonnes, est extraite de sa gangue sableuse battue par les vagues du large puis embarquée sur un cargo. Destination l’Europe. Zeebruges, en fait, sous le hangar des frères Wittevrongel.

Commencent alors les gros travaux sur lesquels se relayent une troupe d’artisans venus ici bénévolement pour la plupart. Les trois amis ont quand même réussi à rassembler 100 000 euros pour les achats d’équipements et regroupant des mécènes assez généreux pour avoir réalisé l’ampleur de l’enjeu. Bientôt, c’était il y a quelques mois, le rêve devient réalité ou presque puisque l’Askoy II, du fond de son hangar, retrouve ses formes et son allure d’avant (lire Voiles et Voiliers N° 554 – Avril 2017).

Naviguer sur le voilier de Jacques

«Mais la bataille n’était pas terminée pour autant, ajoute Jean-Paul Mathelot. Il s’agit maintenant de terminer les aménagements intérieurs de l’Askoy II. Le moteur a été installé, nous avons le mât, mais il y a déjà toutes les boiseries intérieures à faire. Notamment celles de la cabine de Jacques. Nous savons comment elle était, il ne nous reste donc plus qu’à faire.»

Mais pour «faire», les trois amis ont encore besoin d’un peu d’argent. «En fait, il nous faudrait 20 000 euros, précise-t-il. C’est pour cela que nous avons lancé cette opération de crowdfunding sur Internet, ce serait tellement idiot de s’arrêter si près du but. Surtout qu’en nous rejoignant maintenant, ceux qui accepteront de participer à ce financement pourront notamment obtenir des garanties de pouvoir prochainement  naviguer sur le voilier de Jacques. C’était son rêve, c’est le nôtre depuis 10 ans et ça peut devenir celui de beaucoup d’autres passionnés.»

L’ancien voilier de Jacques Brel bientôt à flotIl manque 20 000 euros pour terminer les aménagements intérieurs de l'Askoy II.Photo @ Jean-Paul Mathelot
C’est dans cet esprit aussi que le 8 avril prochain, date anniversaire de la naissance du grand Jacques, en 1929, l’Askoy II fera une sortie en grande pompe de son hangar. Ses amis lui installeront son mât tout neuf avant d’organiser une fête autour de la cathédrale d’acier avec tous les amis de ce projet.

«Nous ne pourrons hélas pas le faire naviguer ce jour-là, prévient Jean-Paul Mathelot. C’est encore un peu trop tôt mais c’est sûr maintenant que notre Askoy II voguera en 2019 avec à son bord tous ceux qui ont aimé Jacques et notre projet. Pour aller où ? Pas aux Marquises. Pas tout de suite, en tous cas !»

Pour participer à l’appel de fonds : https://fr.ulule.com/save-askoyii-jacques-brel/

Hasard de la vie ? Les Editions de l’Archipel ont publié en septembre dernier deux biographies de Jacques Brel faisant une large part  aux dernières années du chanteur à bord de son Askoy II et sur son île des Marquises où il croqua un bout des bonheurs de la vie.

«Jacques Brel, le voyage au bout de la vie» par Fred Hidalgo.

«Brel, la valse à mille rêves» par Eddy Przybylski.

Les tags de cet article